Actualités

Cash-for-work pour lutter contre l’insalubrité à Kaya

Date de publication : 29-12-2021

Pour Ali SAMBO, âgé de 36 ans, le mois d’avril 2021 a été moins pénible que les trois derniers passés dans la ville de Kaya où lui et sa famille ont trouvé refuge après avoir été contraints de fuir leur village. Avril était donc le mois où cet homme marié à deux femmes et père de sept enfants s'est joint à d'autres hommes et femmes de sa communauté pour travailler dans certaines ruelles de cette ville touchée par l’insalubrité.



 

Il fait partie de cent (100) acteurs issus en partie des personnes déplacées internes et de ménages hôtes (80 à Kaya et 20 à Tougouri) qui ont pris part à une activité de protection de l’environnement, à travers l’approche Cash for Work (travail pour argent). Elles ont participé au curage de plusieurs caniveaux dans la ville de Kaya (Centre-Nord).  Ces personnes sont ainsi soulagées à travers l’octroi de rémunérations contre ces petits boulots. Cette approche fait partie des activités d'une campagne de six (6) mois (septembre 2021-février2022) réalisées à la faveur du Projet d’appui à l’amélioration des conditions de vie et à la résilience des populations les plus touchées par les conflits dans les régions les plus touchées du Burkina Faso.

 

Ali SAMBO participe donc volontairement à ce travail contre de l’argent. En avril 2022, il affirme qu’il a eu moins d’angoisse pour nourrir sa famille et les familles de certains proches. Il estime jouer ainsi un rôle utile dans cette communauté qui l’a accueilli volontiers dans ces moments de souffrance. Contribuer à l’assainissement de certains quartiers de Kaya est un défi, mais « Fournir de la nourriture à ma famille est ma première préoccupation, jour et nuit. Avant de quitter mon village précipitamment, j’assumais ces obligations sans trop d’inquiétudes », ajoute-t-il.  

 

Le manque d’argent liquide des ménages déplacés affecte la résilience globale de la communauté, car ces populations ne peuvent pas acheter des vivres et des articles domestiques nécessaires. Le manque d’argent liquide provient de la perte des moyens de subsistance, ce qui peut obliger les gens à recourir à des stratégies d’adaptation néfastes, comme réduire la fréquence de ses repas ou emprunter de l’argent.

 

"Cash-for-work" (CFW) est un terme utilisé par les agences humanitaires pour désigner des emplois à court terme destinés à une main-d'œuvre non qualifiée.  Comme SAMBO, beaucoup y trouvent une source de soulagement temporaire. Cette action de la Croix-Rouge burkinabè prévoit au cours des semaines à venir de renforcer l’implication des déplacés internes dans des activités de reboisement et de nettoyage des lieux et services publics.


Adresse
Ouagadougou - Burkina Faso


Contacts
croixrouge.bf@fasonet.bf
Tél: 00226 25 36 13 40
Fax: 00226 25 36 31 21

Liens utiles
FICR
CICR
Croix-Rouge espagnole
Croix-Rouge de Belgique
Croix-Rouge monégasque
Croix-Rouge Côte D’Ivoire
Croix-Rouge luxembourgeoise


Newsletter
Recevez nos dernières actualités dans votre boîte mail